SQLSTATE[HY000] [1040] Too many connections chaloupe


chaloupe

chaloupe [ ʃalup ] n. f.
chaloppe 1522; p.-ê. de écale et (envel)oppe « coquille de noix »
1Embarcation non pontée, dont on se sert dans les ports et que les grands navires embarquent pour le service du bâtiment. Chaloupe de sauvetage : embarcation arrimée sur un navire pour servir en cas de naufrage. ⇒ canot. Chaloupe à rames, à moteur.
2Région. (Canada) Petit bateau à rames. barque, canot. Chaloupe de pêche.

chaloupe nom féminin (de chalope, mot dialectal, du moyen français chalope, aphérèse de l'ancien français eschalope, coquille de noix, ou du néerlandais slope, embarcation) Autrefois, petit bâtiment non ponté, embarqué sur les grands vaisseaux et utilisé pour tous les services de rade ou de mer ou comme bateau de pêche. Grand canot à moteur, pour le service des navires. Au Québec, embarcation légère utilisée notamment pour la pêche sportive : Chaloupe en bois, en aluminium.

chaloupe
n. f.
d1./d Grosse embarcation non pontée, destinée au service des navires ou utilisée pour naviguer le long des côtes et sur les grands cours d'eau. Chaloupe de sauvetage.
(Madag.) Embarcation réservée à la pêche.
d2./d (Québec) Embarcation légère, utilisée surtout pour la navigation de plaisance ou pour la pêche sportive. Chaloupe en bois, en aluminium.

⇒CHALOUPE, subst. fém.
A.— NAV. Embarcation utilisée dans les ports et les rades ou destinée au service des navires. Pour aller au rocher de Cancale nous montâmes en chaloupe (FLAUBERT, Par les champs et par les grèves, 1848, p. 385). On croit que le bateau coule et déjà on fait monter les femmes dans les chaloupes (GREEN, Journal, 1940, p. 46) :
1. ... nous entrâmes dans la baie de Chesapeake. Le soir même, on envoya une chaloupe chercher des vivres frais.
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 274.
SYNT. Chaloupe à moteur, à rames, à vapeur, à voiles; chaloupe de débarquement; mettre la chaloupe en mer, à la mer; descendre la chaloupe.
Chaloupe armée. Chaloupe occupée par des matelots et des soldats pour une expédition. Nos deux chaloupes armées (...) partirent (...) pour une baie éloignée d'environ une lieue (Voyage de La Pérouse, t. 3, 1797, p. 187).
Chaloupe canonnière. Chaloupe à fond plat munie d'un ou plusieurs canons. Une chaloupe canonnière, venue de Nantes, ouvrait déjà le feu sur leurs radeaux (ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 2, 1870, p. 262).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. chaloupée. Contenu d'une chaloupe. Quelques chaloupées d'eau (Voyage de La Pérouse, t. 3, 1797, p. 193). Fréq. abs. littér. : 6.
B.— Arg. [P. anal. de mouvement] Chaloupe (orageuse). Sorte de cancan où les danseurs se balancent fortement :
2. Puis elle veut qu'on danse et la voilà, toujours répétant son costume de bacchante, essayant le balancement de la chaloupe orageuse.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1860, p. 719.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694 et 1718 s.v. chalouppe; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. avec 1 p. Étymol. et Hist. 1. 1522 chaloppe « sorte de bateau plat » (Texte de Bretagne d'apr. BL.-W.1-5); XVIe s. chaloupe (Chron. bordeloise, I, 258, Delpit, d'apr. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 301); 2. 1845 chaloupe « danse échevelée » (E. Bourget ds LARCH. 1872). Orig. discutée. 2 hyp. : a) emploi fig. du dial. chalope, m. fr. chaloppe « coquille de noix, pellicule du noyau » (1578, BL.-W.1-5; 1611, COTGR.; cf. chalouppe de mer « coquillage », Encyclop. t. 11, p. 678b), issu par aphérèse de l'a. fr. eschalope « coquille (de noix) » (1224, G. DE COINCY, éd. F. Koenig, I, Mir., 44, 563 : escalophe), lui-même dér. de eschale (écale) avec finale de enveloppe (Sainéan ds Z. rom. Philol., t. 30, p. 561; FEW t. 17, p. 86a; BL.-W.5; DAUZAT 1973); b) empr. au néerl. sloep « embarcation, chaloupe » (Baist ds Z. rom. Philol., t. 32, 1908, pp. 36-37, note 1; EWFS2; VALKH., p. 88). À l'encontre de la 2e hyp. : — le caractère tardif du néerl. (1598 ds KLUGE20, s.v. Schaluppe); — l'orig. fr. de la plupart des formes germ. (all. Chaloupe 1648, KLUGE20; angl. shallop 1578, NED). Les rapports de chaloupe avec le type a. gasc. calup, galup (dep. le XIIIe s. ds FEW, loc. cit., p. 83b) sont obscurs : au cas où les 2 types seraient apparentés, la 2e hyp. serait à écarter. Pour des raisons phonét., il semble difficile d'admettre avec FEW et BL.-W.5 un empr. du néerl. sloep au fr.; le néerl. serait à rattacher au verbe sluipen « se glisser, se couler » (DE VRIES Nederl. et DE VRIES 1970). Fréq. abs. littér. :345. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 031, b) 611; XXe s. : a) 176, b) 153.
DÉR. Chaloupier, subst. masc., mar. Matelot qui appartient à l'équipage d'une chaloupe. Ce fut Abel Tasman qui, par ses cinq matelots tués et dévorés, commença ces sanglantes annales du cannibalisme. Après lui, le capitaine Tukney et tout son équipage de chaloupiers subirent le même sort (VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 3, 1868, p. 27). Seules transcr. ds LAND. 1834 et LITTRÉ : cha-lou-pié. 1res attest. a) 1828-29 « ancien forçat chargé de faire la toilette des nouveaux venus au bagne » (L.-F. RABAN et MARCO SAINT-HILAIRE, Mémoires d'un forçat, t. 4, p. 19), b) 1838 « matelot de chaloupe » (Ac. Compl. 1842); de chaloupe, suff. -ier; a s'explique, selon ESN. 1966, par le fait que ces forçats étaient choisis parmi les hommes affectés aux chaloupes. Fréq. abs. littér. : 4.
BBG. — KEMNA 1901, pp. 216-217. — LA LANDELLE (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 401. — LAMMENS 1890, pp. 84-85. — SPITZER (L.). Literaturblatt für germanische und romanische Philologie. 1921, t. 42, p. 308. — SAIN. Sources t. 1, 1972 [1925], p. 145, 172, 179; t. 2, 1972 [1925], p. 103, 153, 165, 167; t. 3, 1972 [1930], p. 106; pp. 317-350. — SCHUCHARDT (H.). Romanische Etymologien. 2. Sitzungsberichte der philosophisch — historischen Klasse der kaiserlichen Akademie der Wissenschaften. 1899, t. 141, n° 3, p. 167.

chaloupe [ʃalup] n. f.
ÉTYM. 1522, chaloppe; orig. incert., p.-ê. de écale, échale et (envel)oppe « coquille de noix ».
1 Embarcation non pontée, dont on se sert dans les ports et que les grands navires embarquent pour le service du bâtiment. Barge, coraillère, flette, péniche. || Chaloupe à voile (anciennt), à rame, à moteur.
1 Je m'embarquai dans la chaloupe du bâtiment avec le capitaine (…)
Chateaubriand, Itinéraire…, I, in Littré.
Chaloupe de sauvetage ou chaloupe : embarcation arrimée sur un navire pour servir en cas de naufrage. Canot.
2 (…) le paquebot avait coulé à pic, en dix minutes. C'est tout juste si une trentaine de passagers, dont les cabines se trouvaient sur le pont, eurent le temps de sauter dans les chaloupes.
G. Leroux, le Parfum de la dame en noir, p. 10.
(1777, in D. D. L.). Anc. || Chaloupe canonnière, armée de canons.
3 Il fallait bien des capitaines pour trois ou quatre mille rames, chaloupes canonnières, bateaux-plats, bombardes, péniches et bateaux-canonniers.
Éd. Corbière, la Mer et les marins, V, II, p. 213, (1833), in D. D. L., II, 14.
2 Régional (Canada). Petit bateau à rames. Barque, canot. || Chaloupe de pêche. Bateau.
DÉR. Chalouper, chaloupier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chaloupé — chaloupe [ ʃalup ] n. f. • chaloppe 1522; p. ê. de écale et (envel)oppe « coquille de noix » 1 ♦ Embarcation non pontée, dont on se sert dans les ports et que les grands navires embarquent pour le service du bâtiment. Chaloupe de sauvetage :… …   Encyclopédie Universelle

  • chaloupe — CHALOUPE. sub. f. Sorte de petit bâtiment dont on se sert sur mer. Chaloupe d un vaisseau de guerre. Chaloupe de pêcheur. Chaloupe armée. Descendre la chaloupe en mer. Mettre la chaloupe à la mer. Ils se sauvèrent dans unechaloupe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Chaloupe — Une chaloupe de l « ancienne marine », au XVIIIe siècle. (Tableau de N. Ozanne) …   Wikipédia en Français

  • CHALOUPE — s. f. Sorte de petit bâtiment non ponté dont on se sert principalement dans les ports et les rades, et qu on embarque aussi pour le service des navires qui vont en mer. Chaloupe de pêche. Chaloupe d un vaisseau de guerre. Chaloupe armée.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • chaloupe — (cha lou p ) s. f. 1°   Petit bâtiment à voile et à rames, non ponté, que l on emmène pour le service d un grand vaisseau. Chaloupe de pêche. On arma, on mit à la mer la chaloupe. •   Je m embarquai dans la chaloupe du bâtiment, CHATEAUBR. Itin.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CHALOUPE — n. f. Grand canot dont on se sert principalement dans les ports et les rades pour le transport des vivres, des fardeaux, etc., et qu’on embarque aussi pour le service des navires qui vont en mer. Chaloupe d’un vaisseau de guerre. Descendre la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • chaloupe — cha·loupe …   English syllables

  • chaloupe — shəˈlüp noun ( s) Etymology: French; perhaps akin to Old Provençal calup small boat : a small French boat (as a ship s boat or harbor craft); specifically : an obsolete French lug rigged fishing boat …   Useful english dictionary

  • Chaloupe canonnière — ● Chaloupe canonnière chaloupe pontée portant de l artillerie, qui servait aux opérations de débarquement et de défense …   Encyclopédie Universelle

  • Grande-Chaloupe — La Grande Chaloupe Le site de La Grande Chaloupe est situé entre les communes de Saint Denis (La Réunion), le chef lieu de l île et La Possession. Le village est séparé en deux par la ravine de la Grande Chaloupe qui matérialise la limite… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.